Poutine a adressé un vif message au monde lors de sa conférence de presse annuelle

A l’occasion de son discours annuel où il convient toute la presse, Vladimir Poutine a salué l’action de son pays à Alep et a reproché à Obama de vouloir relancer la course aux armements.

Répondant aux critiques venant de l’Occident sur la Russie, le Président russe a salué vendredi « l’action humanitaire internationale de plusieurs journalistes au cours de sa conférence de presse annuelle organisée à Moscou ». Le chef de l’État russe a souligné que « plus de 100 000 syriens ont été sortis d’Alep. Plusieurs ont été conduit dans d’autres villes contre l’évacuation d’Alep ».

Pointant du doigt, l’absentéisme de l’occident dans ce processus, Vladimir Poutine a souligné que cette évacuation n’aurait pas réussi si le président turc et du président iranien n’avaient pas intervenu». Il n’a pas non plus oublié le Président Bachar el Assad qu’il à qui il a adressé des compliments pour «sa bonne volonté et son travail».

Interrogé sur le message que Donald Trump lui a adressé par Twitter, qui l’appelle à renforcer les capacités nucléaires américaines, Vladimir Poutine a répondu calmement. «Ce n’est pas surprenant, car Donald Trump l’avait annoncé en pendant sa campagne». Mais il a tout de même attaqué l’administration Obama, qu’il accuse d’être responsable de la nouvelle course aux armements.

Il tient à rassurer que la Russie ne veut pas d’une course aux armements, mais les dispositifs nucléaires russes peuvent traverser n’importe quel bouclier antimissiles sans oublier ceux américains.

« 90% des armes nucléaires russes ont été renouvelées » a averti, le Président russe, qui promet par la même occasion de baisser les dépenses à 2,8% du PIB dans les investissements militaires dans les années à venir.

Très énervé par le fait que la Russie soit accusée d’immixtion dans les élections américaines, il a déclaré que c’est humiliant pour les démocrates la perte d’Hillary Clinton. Il ne s’arrête pas là et rajoute, Vladimir Poutine a accusé les démocrates d’être des amers, mais également de grands tricheurs et de s’être mis à dos le peuple.

Cependant au cours de cette conférence de presse, Vladimir Poutine n’a pas parlé de l’Europe