Donald Trump salue la décision Vladimir Poutine à travers un tweet « Bien joué

Alors que le Président sortant Barack Obama a ordonné l’expulsion de 35 diplomates russes des États-Unis, le président Russe, Vladimir Poutine a préféré s’abstenir de fer de même. Une décision saluée par le nouveau maître de la Maison Blanche Donald Trump.

« J’ai toujours su qu’il doté d’une intelligence exceptionnelle ».

Donald Trump a qualifié d’intelligente, la décision prise par Vladimir Poutine de s’abstenir de répondre à la série de sanctions signées par Barack Obama à travers un tweet.

« Bien joué j’ai toujours compris qu’il était intelligent » a indiqué le prochaine président américain, qui entrera à la Maison Blanche le 20 janvier, accrochant pour mieux le présenter son tweet, automatiquement repris par l’ambassade russe à Washington. Le nouveau président américain, réagissait par rapport à la décision de Vladimir Poutine qui n’a pas souhaité répondre aux sanctions adoptées par Washington, qui accuse la Russie de s’être ingérée dans la campagne présidentielle américaine.

Vladimir Poutine a surpris tout le monde vendredi en choisissant de n’expulser personne, face à l’expulsion de 35 agents russes, différemment de ce que proposait le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. La Russie se garde cependant « le droit de prendre des décisions de réponse » et « réparera les relations entre la Russie et les États-Unis face à ce que sera la politique du président américain élu Donald Trump », avait indiqué Vladimir Poutine.

Critiques des responsables américains

Evan McMullin ancien candidat à la présidentielle a regretté le fait que Donald Trump soutienne le plus grand ennemi de l’Amérique…». Quant à la sénatrice Claire McCaskill, membre de la commission de la Défense, a déclaré être surprise que « toute la communauté du renseignement, la meilleure du monde entre nous, s’accorde pour dire que Vladimir Poutine, a tenté de troubler notre élection, et les Russes retweetent l’amour Trump-Poutine ». En fait, les États Unis accusent la Russie d’avoir instrumentalisé des piratages informatiques qui ont provoqué le vol et la divulgation de plusieurs e-mails de responsables démocrates, cassant le message de la candidate Hillary Clinton.

Pour le FBI et CIA Moscou ne voulait pas se limiter au fait de gâcher la campagne, mais voulait aussi aider Donald Trump à remporter l’élection.